Identifiants personnels



Retour à l'accueil > En vente > Numéro spécial "Biens communs"

En vente

Numéro spécial "Biens communs"

15 octobre 2015

Après une première édition en octobre 2013 (200 événements dans 5 pays) intitulée Villes en Biens communs, nous rééditons le festival des communs, appelé cette fois-ci « Le temps des Communs » : rencontres-débats, ateliers, colloques bien entendu, mais aussi initiation aux licences libres ou à des logiciels libres, cartoparties, écriture collaborative d’un manuel scolaire ouvert, troc de semences, initiation à Arduino ou à une imprimante 3D, découverte de l’open data culture, film sur l’autogestion de l’eau, décryptage de l’habitat groupé… A Toulouse, un groupe s’est constitué pour organiser une semaine d’évènements au mois d’octobre.

  • Parallèlement, Friture Mag éditera à cette occasion un numéro spécial à paraître début octobre. 72 pages, 6 euros.
  • Le pré-programme : ICI


EDITO

Ce que nous avons en "Communs"

De nombreux éléments de la vie courante, matériels et immatériels peuvent faire l’objet de logiques de partage et définissent un espace qui échappe aux logiques de la propriété exclusive. Ces ressources partagées sont organisées et régulées par les communautés, petites ou grandes, locales ou largement distribuée. Ces acteurs créent, maintiennent et/ou développent les communs dans lesquels ils s’investissent tels que les logiciels libres, les cartes partagées, les jardins urbains coopératifs… Pour pallier à l’absence d’une gouvernance mondiale protectrice, les communs universels (eau, air, océans, spectre électromagnétique…) sont l’objet d’une défense par les citoyens contre les formes nouvelles d’enclosures.
Les communs privilégient la valeur d’usage des ressources (l’intérêt pour les individus et les collectivités) plutôt que leur valeur d’échange (leur monétisation). Cette approche permet de penser le développement territorial, l’organisation urbaine, la relation entre producteurs et consommateurs…, contribuant ainsi à renouveler la façon dont le développement durable est aujourd’hui envisagé.
L’irruption massive du numérique dans la plupart des champs de l’activité humaine crée des situations inédites. Les réseaux facilitent l’émergence de larges communautés distribuées, susceptibles de se mobiliser pour créer et partager les savoirs (code logiciel, œuvres de l’esprit, cartes coopératives, encyclopédies ouvertes, sciences participatives…). Ces communs de la connaissance sont autant de gisements d’initiatives, de créativité et de mobilisation des individus dans un but collectif.
Communs naturels et communs de la connaissance tissent ensemble des perspectives inédites pour un renouvellement de nos modes de gouvernance et de développement.
Ce numéro est entièrement consacré aux Biens communs, fondement de notre vie collective.

"Ce sont de grands inconnus, et pourtant nous vivons tous grâce à eux. Ils sont au fondement même de notre vie collective. Ce sont les biens communs. L’air, l’eau, les savoirs, les logiciels et les espaces sociaux, et bien d’autres choses qui rendent possible la vie quotidienne et le bon fonctionnement de l’économie. De nombreux biens communs sont cependant menacés – ils sont ôtés à la collectivité, commercialisés, détruits de manière irréversible.
Au lieu de cela, ils devraient être cultivés et développés. Nous avons besoin d’une nouvelle conscience de l’importance de ces « choses qui nous sont communes ». Sans eux, il n’y a en effet pas de bien-être et pas de prospérité possibles. Les biens communs ont besoin d’hommes et de femmes qui soient prêts à les défendre et qui s’en sentent responsables. De nombreux problèmes de notre époque pourraient être résolus si nous dirigions l’énergie et la créativité dont nous disposons vers ce qui fonde notre richesse, ce qui fonctionne, et ce qui aide les hommes et les femmes à développer leur potentiel."

D’après Biens communs, La prospérité par le partage, Helfrich,Silke, Sachs Wolfgang, Kuhlen Christian. Licence BY.Sa

Voir en ligne : http://www.frituremag.info/En-vente...

5 Messages de forum

  • Numéro spécial "Biens communs" Le 18 septembre 2015 à 11:43 , par Maud Dahlem

    IMAGINONS ENSEMBLE LE MUSÉUM DE DEMAIN Témoignez aujourd’hui pour les générations futures

    #cocreation #collaboratif #intelligencecollective

    Les musées sont les gardiens du patrimoine d’hier et d’aujourd’hui ! Gardiens, parce qu’ils ont les missions de conserver et de gérer les trésors qui leur sont confiés. Ici pas question de pièces d’or mais d’objets témoins d’un art, d’une histoire naturelle, d’une époque. Ces biens communs de nos sociétés sont porteurs d’une mémoire collective et nous aident à comprendre notre Histoire.

    Les nouveaux questionnements sur la place de l’homme dans son environnement, les modes actuels d’appréhension des connaissances par les citoyens amènent les musées à repenser leur modèle de diffusion des savoirs. Aujourd’hui, ces institutions souhaitent mieux diffuser les objets cachés des réserves et développer les débats avec leurs publics.

    Le Muséum de Toulouse encourage l’expression de ses visiteurs et de ses communautés en ligne jusque dans la co-construction d’exposition. Pour celle de 2011, il proposait au public de juxtaposer leurs photographies contemporaines d’un paysage des Pyrénées à des photographies du fond Eugène Trutat (ancien directeur du muséum) prises il y a 100 ans. Des centaines d’images de visiteurs ont ainsi alimenté le dispositif numérique Balade dans les Pyrénées d’hier à aujourd’hui et par-là même la réflexion sur l’évolution des paysages en 100 ans !

    En 2015-2016, le Muséum de Toulouse va plus loin et amène les citoyens à nourrir le débat et la réflexion sur le Muséum de demain. Il invite le public et les internautes à réaliser une vitrine collaborative d’objets qui porteront un témoignage de notre époque, de notre environnement, de nos personnalités aux générations futures. C’est une occasion d’échanger avec les équipes de conservation, de médiation et d’exposition, ainsi qu’avec tous les citoyens sur l’objet, bien commun, témoin de notre Histoire. En quoi est-il porteur de sens ? Quelle mémoire porte-t-il ? Quelle trace de notre époque apportera-t-il aux visiteurs de demain ? Quand devient-il objet de patrimoine ?

    Un dispositif sur place et en ligne est mis à disposition pour que chacun partage ses objets choisis et renseignés avec le public de l’exposition temporaire Les Savanturiers [octobre 2015- juin 2016]. Il aboutit à une vitrine collaborative qui évoluera au fil des prêts.

    Répondre à ce message

  • Numéro spécial "Biens communs" Le 21 avril 2015 à 10:28

    La commission nationale du débat public (CNDP ) propose des évolutions législatives et réglementaires (http://is.gd/Ur2OSI) dans le domaine du débat public et de la participation des citoyens. Extrait : "Dans notre pays, les processus de consultation directe des citoyens sont peu développés" "il faut développer la consultation directe... garantir le continuum de la concertation... maintenir la confiance."

    La question qui reste : des changements pour quand ?

    Mais tiens justement un débat citoyen planétaire (World Wide Views) sur le climat et l’énergie pour le 6 Juin 2015 - http://www.debatpublic.fr/debat-cit...

    Synthèse des propositions - de l’évidence et du bon sens. mais c’est mieux, en France, quand il y a des lois pour entériner....

    • Saisie directe de la CNDP ... par tous (et pas uniquement par quelques uns)... ;
    • 500 000 citoyens, le parlement ou le sénat pourront demander l’organisation d’un débat (et non seulement les porteurs du projet !)
    • Mettre en cohérence les projets et les débats (i.e. associer l’équipement et le transport)
    • Assurer un continuum de participation des citoyens
    • Développer les contre-expertises - autres que celles des maîtres d’ouvrage ou des porteurs de projet ! (et les mettre à disposition bien sûr)
    • Développer des conférences de citoyens - aucun sujet ne doit être réservé aux experts ou aux sachants
    • Abaisser les seuils de publication (150 M€ à 100 M€).....
    • Conciliation sur des projets conflictuels (par la CNDP) CNDP Wikipedia - http://bit.ly/1BX3TpK CNDP Proposition http://is.gd/Ur2OSI

    Répondre à ce message

  • Numéro spécial "Biens communs" Le 14 avril 2015 à 15:24 , par Hafid El Mehdaoui

    Le dôme des communs ou la matière terre comme bien commun primordial : proposition de mise en place d’un atelier découverte à la technique de construction en sac de terre (Superadobe ou earthbag building)

    La technique de construction superadobe a été inventée par l’architecte américano-iranien Nader Khalil dans les années 90. Cette technique, qui lui a valu le premier prix de la NASA à l’époque l’a poussé à améliorer ce procédé d’auto construction pour le rendre abordable par le plus grand nombre, afin d’être utilisé en temps de crise (catastrophe naturelle, climatique ou déplacement de population dans des zones de crises). Aujourd’hui cette technique évolue encore. Elle a fait des émules partout dans le monde et commence à proposer par des « proof of concept », des maisons extrêmement solides, écologiques, économiques et à réaliser soi-même. Pour cela le nécessaire est sous nos pieds : de la terre, des sacs en polypropylène et un peu de fil de fer barbelé. En somme : utiliser les matériaux de la guerre pour construire des maison de paix. Après avoir été formé à cette technique à Cal-Earth (Californian institute of earth), j’ai pu réaliser 4 modèles d’habitation en Espagne, à Londres, en Algérie et au Maroc. Toutes sont encore debout ;) et accueillent des publics variés. Je propose donc, pendant les deux semaines du temps des commun, que nous lancions un atelier afin que quiconque le souhaite puisse participer à l‘édification d’un petit dôme de 2m50 de diamètre, que nous baptiserons le dôme des commun. Il nous faudra pour cela un rouleau de polypropylène en tube, du fil de fer barbelé, un peu de chaux, ainsi que quelques bras et des sourires. Bien à vous Hafid

    nécessaire.

    Répondre à ce message

  • Numéro spécial "Biens communs" Le 10 avril 2015 à 12:55

    Remix biens communs est un projet multimédia collaboratif et évolutif. Il vise à documenter et illustrer les idées et pratiques entourant la question des biens communs tout en l’explicitant directement par le processus de création.

    Consulter le site : http://www.remixthecommons.org/

    Répondre à ce message

  • Numéros spécial "Biens communs" Le 8 avril 2015 à 15:15

    L’Eccone de Comptoir est un événement décalé et original pour se découvrir, apprendre et partager vos expériences à travers une thématique sur les biens communs numériques. Que vous soyez porteurs de projets, programmeurs, communicants, étudiants, créatifs, issus de l’Économie Sociale et Solidaire, acteurs du Libre ou encore simple curieux, rejoignez-nous pour cette expérience conviviale ouverte à tous.

    L’Eccone de Comptoir est un rendez-vous régulier organisé par Eccone (associations Sol&TIC et Combustible) au sein d’un dispositif annuel de production locale de biens communs numériques et d’émergence de communautés. Le 28 avril est la première date d’une série de 4 rencontres pour vous aider à initier le développement de biens communs numériques

    le programme : http://www.eccone.org/events/leccon...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Le maga­zine papier tri­mes­triel existe depuis 2006. Vous trou­ve­rez ci-des­sous les numé­ros de la nou­velle for­mule, avec les liens sur le som­maire, et autant de dos­siers thé­ma­ti­ques com­po­sés de repor­ta­ges, por­traits, infos pra­ti­ques, port­fo­lios, entre­tiens... Tout ce qui fait le "ton" de Friture Mag.

Bon feuille­tage, bonne lec­ture.

  • Hors-série N°1
  • Numéro 14
  • Friture Mag N°15
  • Le N°16
  • Friture Mag N°17
  • Le magazine N°18
  • Canal hystérique - FritureMag - Le média des possibles
  • Friture Mag N°20
  • Friture Mag N°21 "Demain, ma ville"
  • N°23

A propos de FritureMag

Friture Editions
est soutenu par