Qu’est-ce qu’un séisme ?

Un séisme est un tremblement de terre ; une trépidation brève ou violente du sol. Chaque année, il se produit des milliers de séismes de magnitude supérieure ou égale à 3. La plupart d’entre eux sont microscopiques, mais quelques-uns, très violents, créent d’énormes dégâts et de profonds bouleversements dans les paysages. C’est un phénomène qui s’observe à la limite entre les plaques tectoniques de la terre. Les plus violents séismes peuvent changer le cycle de rotation de la Terre et donc la durée d’une journée.

Après plusieurs années de recherches, les scientifiques ont pu enfin donner une explication à ce phénomène qu’est le séisme. En effet, la planète Terre est constituée d’énormes plaques tectoniques. Ces dernières se déplacent constamment, mais très lentement. Le mouvement n’atteint que quelques centimes par an. Dans leur mouvement, ces plaques tectoniques laissent entre elles des intersections qu’on appelle « failles ». Ces failles sont pour la plupart du temps invisible à l’œil nu. Si par accident ces plaques tectoniques s’achoppent le long des failles, il se produit une importante pression qui, lorsqu’elle devient très notable provoque un glissement de plaque. La collision qui naît de ce glissement conduit à une libération d’énergie sous forme d’ondes sismiques. Ce sont enfin ces ondes qui entraînent la sensation de trépidation de la terre. La force d’un tremblement de terre se mesure à l’échelle de Richter. Voici un tableau qui vous faciliterait la compréhension.

 

Magnitude Caractéristiques Fréquence
Entre 2,0 et 3,9
  • Aucun dommage notable
Très courant
Entre 4,0 et 4,9
  • Ressenti par la majorité des personnes qui habitent la zone ;
  • Les dommages sont limités
Entre 10 000 et 15 000 fois par année
Entre 5,0 et 5,9
  • Ressenti par tous les habitants de la zone ;
  • Chute des infrastructures mal érigées
De 1 000 à 1 500 fois par année
Entre 6,0 et 6,9
  • La majorité des édifices de la zone peuvent s’écrouler ;
  • Des décès
De 100 à 150 fois par année
De 7,0 à 7,9
  • D’importants dommages matériels ;
  • Des décès par milliers
De 10 à 20 fois par année
Entre 8,0 et 9,0 (voire plus)
  • Grand tremblement de terre pouvant détruire la quasi-totalité des édifices ;
  • De 10 000 à 1 million de décès ;
  • Modifications permanentes du paysage
Moins courant

 

Les plus violents séismes depuis un siècle

D’abord, notifions que les plus puissants séismes ne sont pas nécessairement les plus meurtriers. À titre d’exemple, le séisme qui s’est abattu sur le Chili en 1960 demeure le tremblement de terre de plus grande magnitude jamais enregistré (9,5). Néanmoins, il n’a fait que 5 700 morts et se trouve loin derrière celui d’Haïti en janvier 2010 qui a fait plus de 240 000 morts avec une magnitude de 7. Retrouvez dans le tableau suivant les plus puissants séismes depuis un siècle.

Années Régions Magnitudes Bilans
1960 Le Chili et plusieurs pays qui bordent l’Océan Pacifique          9,5 5.700 morts au Chili, 61 morts à Hawaï et 130 au Japon
1964 Alaska        9,2 Une centaine de morts
2004 Asie, au large de l’île de Sumatra         9,1 Destruction d’une dizaine de pays environnants et plus de 227 000 morts
1952 URSS, sur la péninsule du Kamtchatka et ressentie jusqu’au Chili et au Pérou           9 Plus de 2 300 morts
1906 Au large de la côte de l’Équateur et de la Colombie         8,8 Plus de 1 000 décès
2010 Au centre du Chili         8,8 523 morts
2005 Aux abords de l’île de Nias au large de Sumatra         8,6 900 morts et 6 000 blessés
1920 Gansu         8,6 200 000 morts
1932 Au Japon (Kanto)        8,3 Plus de 143 000 morts suivis d’un gigantesque incendie
1939 Chili (Quillan)         8,3 28 000 décès
1976 Tangshan        8,2 240.000 selon les chiffres officiels. D’autres estimations vont jusqu’à 800 000 victimes.
1927 Chine (Xining)        8,2 Plus de 200 000 morts
1985 Mexique (Michocan)        8,1 20 000 morts
2007 Pérou (Lima)          8 387 morts
1948 Turkménistan         7,3 110 000 décès
2010 Haïti         7 250 000 à 300 000 morts avec pas moins de 300 000 blessés

 

La sismologie est la science qui étudie le séisme et d’autres phénomènes naturels. Les spécialistes sont appelés des sismologues et le sismographe est le principal instrument de mesure.

Le Tsunami

Du japonais « tsu nami » qui signifie « vague du port », les tsunamis font partie des catastrophes naturelles, les plus dévastateurs de l’histoire. Sur les 4 000 dernières années, ils ont fait plus de 600 000 victimes. Les séismes, les éruptions volcaniques et les glissements de terrain sont les causes premières du déclenchement d’un tsunami. C’est donc une catastrophe provoquée par d’autres phénomènes ; il n’est pas spontané. Par ailleurs, les activités humaines telles que les essais nucléaires et la construction des barrages peuvent aussi provoquer la formation d’un tsunami. Mais comment se manifeste le phénomène ? Très simple ! S’il y’a séisme, une explosion volcanique ou un glissement de terrain sous marin, il naît un brusque mouvement d’un grand volume d’eau qui se transforme en vagues dévastatrices déferlantes d’une importante hauteur. Une très grande quantité d’eau est donc déplacée à une vitesse pouvant voyager à plus de 800 km/h. Les vagues atteignent parfois une trentaine de mètres de hauteur avec une force inarrêtable. Ce qui peut avoir comme conséquences l’érosion des plages ; des blessés et des morts ; la destruction de la végétation, etc.

Le tsunami le plus meurtrier des trois dernières décennies est celui qui s’est produit dans l’océan Indien avec un bilan de plus de 250 000 victimes.

Qu’est-ce qu’un Ouragan ?

Appelés « typhon » en Chine, « hurricane » aux États-Unis, « baguios » en Philippine, ou encore « Willy-Willie » en Australie, les ouragans sont de violentes tempêtes tropicales qui naissent dans les océans. Ils se produisent sur les rives ouest des océans ou dans le centre de l’océan Pacifique entre juin et novembre et touchent surtout les régions chaudes. Les ouragans provoquent d’importantes pluies, d’énormes vagues et de très violents vents qui peuvent dépasser les 200 km/h. Les pluies occasionnées par les ouragans sont à l’origine des inondations et des glissements de terrain ; les vagues peuvent conduire à des raz de marée ; et les vents peuvent endommager des infrastructures et d’autres biens matériels.

Le plus meurtrier ouragan de l’Histoire est celui de catégorie 3 qui a frappé l’est du Pakistan et l’ouest de l’Inde le 12 novembre 1970. Il a fait entre 300 000 et 500 000 morts avec un vent qui a atteint jusqu’à 185 km/h.

Le plus récent est le cyclone tropical Irma de catégorie 5 qui a dévasté les îles françaises de l’archipel des Antilles en septembre 2017. Les rafales sont mesurées à plus de 297 km/h. C’est selon Météo France le cyclone le plus long (plus de 33 heures) et le plus intensif jamais enregistré.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here